Migrants : la dictature de l’émotion

Tribune de presse de Buisson Jérôme – Conseiller Municipal de Bourg-en-Bresse

Responsable de la 1ère Circonscription et Secrétaire Départemental Adjoint

Jerome-Buisson 1Combien de fois les gouvernements ont annoncé la résolution du problème de Calais ? Il n’a fait qu’empirer ! À cause d’une politique laxiste et lâche, le flux continu de clandestins ne cessera pas. La jungle de Calais se reconstituera en quelques mois et de nouveaux autobus arriveront. Ce coup de force du gouvernement socialiste aux ordres de Bruxelles a ses petites mains au niveau local. Le maire de Bourg-en-Bresse M. DEBAT s’est empressé de répondre favorablement à son ami François HOLLANDE en proposant la ville comme centre d’accueil. 

Quelle folie alors qu’un squat de 125 clandestins pose déjà d’énormes problèmes  en centre ville, que des SDF dorment un peu partout sous les porches des maisons et des commerces, que les structures d’accueil sont déjà pleines à craquer et que de nombreuses personnes sont placées par les associations dans les hôtels !

Je me suis rendu dans le quartier des Vennes où 50 adolescents de Calais doivent arriver ; AUCUN habitant n’était au courant, AUCUN courrier de la mairie AUCUNE lettre d’information, ni réunion de quartier ! Même la presse locale  a noté que les arrivées se font souvent de nuit et en toute discrétion… comme s’ils n’assumaient pas leur politique, comme s’ils avaient peur de la réaction des habitants concernés.

Les français sont majoritairement défavorables à cet essaimage et de nombreuses villes, prudemment, n’ont pas répondu positivement au gouvernement, d’autres plus courageuses ont signé la charte MA VILLE SANS MIGRANTS pour signifier l’opposition de leurs administrés.

Car il faut le dire, la loi est bafouée : des clandestins et les réfugiés économiques sont expulsables et devraient avoir vocation à quitter le territoire français. Il n’en sera rien ; la France dépassée est devenue le terminus de la misère du monde. Et pendant que nos députés de l’Ain, muets sur le sujet, votent pour eux même des lois pour ne pas payer d’impôt sur leurs indemnités IRFM, les français eux, devront payer l’addition de la politique immigrationiste. Pour information, un migrant coûte 25euros, par jour, rien que les 5O de Bourg-en-Bresse coûteront au bas mot 450 000 euros par an.

L’Angleterre a bien senti le danger derrière ses frontières qu’elle a eu l’intelligence de préserver  en quittant cette Europe  qui court à sa perte.

Le Front National comprend la misère de ces personnes et si le problème des migrants touchait à sa fin il pourrait accepter cette installation. Mais la politique ne doit pas être régie seulement par l’émotion et les bons sentiments, l’intérêt supérieur de la France et de ses concitoyens doit être préservé. L’arrivée massive et continue de migrants met en danger les équilibres identitaires et économiques déjà bien fragilisés dans notre pays.

Pour mettre fin à cette politique, une seule solution, tous derrière Marine Le Pen en 2017.

Buisson Jérôme

Conseiller Municipal de Bourg-en-Bresse

Responsable de la 1ère Circonscription et Secrétaire Départemental Adjoint

tribune-jb

fn-flamme

Vous aimerez peut-être